My House - Un blog Antologic

21 juin 2010

Olive & Tom version Coupe du Monde 2010

hf VS captain_tsubasa_complete_collection

Franchement, je pense que cette Coupe du Monde 2010 de football restera dans les annales; non pas pour la beauté du jeu, mais pour au contraire un manque flagrant de spectacle et de fair-play. Et je ne parle pas que de l'équipe de France...
Bref, je me suis mis à imaginer ce qu'aurait été Olive & Tom (Captain Tsubasa, si vous voulez! bande d'otakus!) transposé à cette Coupe du Monde.
Imaginons que l'équipe de France soit la Toho:

  • La Toho ne marquerait pas de buts, la faute à Marc "Anelka" Landers qui joue en position trop en retrait, et dont le tir du tigre serait devenu un tir de chaton
  • Danny "Gourcuff" Mellow (celui qui fait des bonnes passes) serait sur le banc, parce que ses coéquipiers trouveraient que si on marque pas, c'est de sa faute
  • Ed "Lloris" Warner se prendrait plein de buts, parce que la défense serait à chier
  • Marc "Anelka" Landers quitterait l'équipe en déroute, après avoir insulté leur vieil entraineur (celui qui est tout le temps bourré; c'est peut être pour ça que Domenech est si con....)

Mais ce n'est pas tout!

  • Julian "Kaka" Ross de la Mambo ne ferait pas un bon premier match, et serait exclu pour son deuxième match sur une faute imaginaire (à cause d'une simulation horrible de Philippe Callahan, le joueur de la Flynet)
  • Clifford "Cannavaro" Youm, le défenseur ultime de la Hirado, ne serait plus que l'ombre de lui-même et multiplierait les fautes techniques en défense, amenant même un but contre une équipe de seconde zone

Finalement, il n'y a que la New Team qui resterait au top:

  • Ben "Messi" Becker ne marquerait pas encore, mais continuerait de distribuer des excellentes passes à ses coéquipiers
  • Oliver "Higuaïn" Attone transformerait les occases de magnifiques tirs de l'aigle
  • Bruce "Veron" Harper, avec sa boule à zéro, assurerait au milieu du terrain

Mais bon, franchement, je ne sais pas si j'aurais regardé aussi assidument Olive & Tom avec un spectacle aussi "faible"...

P.S: si vous trouvez où placer les frères Derrick dans cette Coupe du Monde, prévenez moi!! ;)

Posté par antoneo à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


30 avril 2010

Une histoire de buchette de sucre et d’Apple

buchetteVS    iphone1



Tiens la dernière fois on m’a raconté une histoire à table, peut être une légende urbaine, mais il doit y avoir surement une part de vérité dans tout ça.

Voici cette histoire : Vous voyez cette buchette de sucre qui sert d’illustration à cet article. Hé bien cette buchette serait issue d’un intense travail de recherche d’un modéliste, qui souhaitait créer un packaging qui évite qu’on perde un grain de sucre en ouvrant son sachet.

Il a alors inventé la buchette. Mais attention, c’est là que le drame se joue : PERSONNE ne sait ouvrir la buchette correctement. « WTF ?! » vous allez me dire. Oui oui, vous ne savez pas l’ouvrir correctement. La bonne façon est d’attraper la buchette par ses deux extrémités, et d’appliquer une pression comme si on voulait casser un bout de bois (donc la buchette de sucre cède par le milieu). De cette manière, vous êtes assuré de ne perdre aucune « miette » de sucre (ça marche super bien d'ailleurs).

Malheureusement les gens sont des gens « normaux », ils ouvrent donc les buchettes comme n’importe quel autre sachet : en déchirant un des bouts de la buchette.

Il parait que l’inventeur, en voyant l’usage qu’en faisaient les gens, s’est suicidé par dégout.

C’est là qu’on voit toute l’importance que revêt l’ergonomie ; vous pouvez avoir la meilleure invention, si les gens ne savent pas s’en servir vous ferez un énorme flop. Et c’est là que j’ai envie de parler d’Apple, qui m’étonne une fois de plus par l’intelligence de ses ergonomes. Ou plutôt, le fait que leurs ergonomes arrivent à créer de nouveaux mouvements qui pourtant nous semblent évident.

On se souvient bien évidemment du « zoom/dezoom » avec des glissements de doigts. Et là ils frappent à nouveau fort avec la mise à jour de leur système d’exploitation. Je ne parle pas du multi-tasking dont madame Michu se fout, mais de la création de dossier.


Ben oui, sur PC, pour créer un dossier il faut :

  • Faire un clic droit
  • Cliquer sur « Nouveau Dossier "
  • Nommer le nouveau dossier
  • Faire glisser les fichiers concernés par ce dossier dans le répertoire



Sur iPhone/iPad les étapes seront:

  • On met un fichier sur un autre (comme si on empilait deux feuilles)
  • Et on nomme le dossier

Putain les gars, chapeau ! Personne n’y a pensé avant. Et pourtant, c’était tellement évident : quand vous créez un dossier dans la vraie vie, vous empilez des feuilles les unes sur les autres.

Vivement qu’Apple fasse des voitures, des frigos, ou des … buchettes de sucre : je suis certain qu’ils réussiraient à modifier profondément nos usages sans nous perturber. Et ça c’est fort !

Posté par antoneo à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2010

La vierge en 3D

3D

 

Il faudra qu’on m’explique un truc : je ne pense pas avoir été la seule à lire partout sur la toile les critiques dithyrambiques sur les lunettes 3D stéréoscopiques lancées par Nvidia il y a de cela exactement 1 an. Les « happy few » qui avaient eu la chance de tester le produit en avant-première, bloggeurs ou forumeurs, n’en pouvaient plus de s’épancher sur la révolution technologique que représentaient ces lunettes. Personnellement, on me promet un autre monde, l’entrée dans un univers tout en 3D qui me fera prendre en pitié les pauvres joueurs non-équipés et leur 2D toute fadasse, un left4dead 2 qui me fera faire « wahouuu ! pfiouuuuu ! aaaaah ça déchire sa mamaaaaah ! », et bien moi, je dis banco.

Grosse erreur ! Rétablissons autant que faire se peut la vérité sur cette affaire de 3D soi-disant à portée d’écran.

Je n’en veux pas spécialement à Nvidia qui a le mérite de tenter d’apporter du nouveau en matière de matos informatique, qui plus est tourné vers les gamers ; par contre, je ne comprends pas pourquoi il y a eu tant d’engouement sur les forums à ce propos, j’en viens à me demander s’il n’y avait pas eu une sorte de consensus secret entre la marque et les internautes, ou bien carrément, ces derniers étant dégoutés d’avoir payer si cher un truc qui n’était pas si fou, voulaient se venger en poussant nous autres naïfs en recherche de sensations fortes, de tomber dans le même panneau qu’eux.

Laissez-moi briser d’un coup sec sur la nuque ce cercle vicieux et tout cet emballement tridimensionnel. Car outre le prix effarant des lunettes 3D (compter 200 euros à l’époque), tous les écrans de PC ne sont pas compatibles avec la 3D stéréoscopique – faut pas rêver. Donc, qui dit achat des lunettes, dit achat d’un nouvel écran ET éventuellement d’une nouvelle carte graphique ! à compter environ 400 euros pour être prêt à faire cette expérience incroyable, et ce si vous aviez la chance (contrairement à moi) de déjà posséder une carte compatible. Déjà, ça, ça aurait du me mettre la puce à l’oreille. Je l’avais entendu, cette petite voix au fond de ma tête, qui disait « Dodje, un truc qui quand tu l’achètes marche qu’avec un autre truc qu’il faut que t’achètes aussi, ça sent pas bon ! ». Ben oui, oui, ça sentait le prototype pas prêt à l’utilisation de masse, le truc qui t’as fait acheter le 1er appareil photo numérique 2 megapixels AVEC l’imprimante photo parce que les autres le faisaient pas, alors que 6 mois + tard c’était le cas, avec en plus des appareils à 8, 10 megapixels et 2 fois moins cher (loi de Moore quand tu nous tiens !)… Bref, ça sentait le truc pas prêt, trop cher, trop faut changer toute ta config, mais quand on vous promet un left4Dead epoustouflantissime, comment ne pas tenter ?

Et bien, tout simplement si j’étais tombée sur un billet comme le mien aujourd’hui. Oui, les premières fois où l’on joue, c’est sympa, c’est bien fait, mais bon ça met pas une claque, une claquounette tout au plus, c’est beau mais c’est long à paramétrer, il faut faire un effort optique pour faire le point et puis, naïve que j’étais, je pensais à 3D comme dans Michael Jackson 3D à Eurodisney, avec les griffes qui sortent de l’écran, les plantes qui me caressent les oreilles, que nenni ! La 3D stéréoscopique, c’est de la 3D en profondeur, comme dans Avatar le film, rien ne sort de l’écran. Et puis, l’image est du coup beaucoup plus sombre, ça fait mal à la tête au bout de pas longtemps et pour finir, qu’est ce qu’elles sont lourdes ces lunettes ! J’ai découvert qu’on pouvait souffrir du nez, des yeux et de la tête en même temps, et ça, personne ne m’avait prévenu.

Ceci dit, des reviews un peu moins encensantes commencent à faire leur apparition sur le net, mais c’est plutôt récent ; pourquoi un tel « faux buzz » soutenu par les internautes eux-mêmes ? Je suis et je reste pour la 3D, mais en attendant de voir arriver sur le marché un matériel moins cher, plus fiable, et qui tient mieux sa promesse, je retourne à mon écran plat et ma 3D faite seulement de polygones, et ça me va très bien comme ça.

The way it’s meant to be played? I don’t think so!

Posté par Dodje à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2010

2 mois plus tard... Dante's inferno

Comment ça la sortie du fort sympathique Dante's Inferno date un peu?? Oui et bien ma review aussi, ceci dit j'avais envie de la partager au cas où quelques retardataires (dont Mr Antologic) en mal de sensations fortes seraient passés à côté de ce titre dont j'avoue attendre la suite avec impatience.

dante1

PAF la mort

Les épopées épiques et mythologiques ont toujours constitué un background de choix pour la création de jeux video bien nerveux et aux boss titanesques. Après le succès planétaire des God of War, il n'est pas étonnant que Visceral Games s'inspire d'un chef d'oeuvre épique et religieux, L'Enfer de Dante Alighieri, comme scénario de base à leur nouveau beat'em all, bien décidé à nous faire plonger dans les contrées les plus sombres et abominables des Enfers.

Pour commencer, autant dire que Dante's Inferno est une véritable claque, autant visuelle que videoludique. Sans révolutionner le genre, le jeu réussit à poser une ambiance plus tragique, plus réfléchie et quelque part, plus adulte que les autres beat'em all « bourrins » où les héros n'ont de cesse de montrer face à leurs ennemis qui a la plus grosse... arme, bien évidemment.

Le jeu commence sur des chapeaux de roue puisque le joueur, incarnant Dante, ne défie personne d'autre que la Mort elle-même (excusez du peu), après avoir perdu sa bien aimée Béatrice qui, à son grand désespoir, s'engouffre dans les Enfers au lieu de rejoindre le Paradis. Commence alors une descente lente et douloureuse à travers les neuf cercles de l'Enfer, qui amènera notre héros à réfléchir sur ses actes tout au long de sa vie.

Car il faut le dire, le héros de Dante's Inferno, Croisé durant la guerre sainte qui fit rage au 14e siècle, n'a rien d'un enfant de choeur. Pillages, massacres d'innocents, tout cela au nom de Dieu, font du personnage principal un homme pour qui on ne peut avoir de compassion, mais qu'on veut tout de même amener à comprendre la portée de ses pêchés et par la même occasion, sauver sa bien-aimée.

Armé d'une gigantesque faux et d'une croix divine, Dante affronte tour à tour des salves d'ennemis qu'il peut punir ou absoudre, ce qui rapporte des points en Bien (croix divine) ou en Mal (la faux) et des « âmes » qu'on peut ensuite utiliser pour améliorer la portée d'un coup, apprendre de nouveaux combos ou bien même utiliser de la magie. De plus, le monde regorge de coins cachés où il vous faudra parfois faire preuve de dextérité afin d'aller à la rencontre de figures emblématiques de l'histoire ancienne pourrissant en Enfer pour leur crimes commis, et que vous pourrez à nouveau sauver ou punir, de même que des reliques cachées aux pouvoirs spéciaux que vous pourrez équiper.

De ce côté-là, Dante's Inferno réussit donc à trouver un savant équilibre entre moments d'action pure avec boss gigantesques à la clé, et phases de plateforme où l'on pourra, l'espace d'un court instant, admirer les soins apportés aux décors par les développeurs (on se souviendra du colossal boss du cercle de la Gourmandise, nous scrutant du fond du niveau), où chaque cercle reproduit fidèlement les descriptions de l'écrivain, le tout dans une ambiance « d'enfer » où les cris des damnés ne cessent de se faire entendre. Mais on regrettera justement de ne pas pouvoir profiter de ces décors plus longuement puisque le jeu ne propose pas de caméra libre, ce qui rend parfois l'écran illisible et les plans un peu trop fixes, ce qui vous vaudra de recommencer des dizaines de fois (pour les moins doués d'entre nous!) certaines phases de plateformes déjà corsées, ce qui peut rendre la chose encore plus agaçante! Je pourrais également parler de la durée de vie du jeu qui est loin d'être extraordinaire, les cercles se faisant de plus en plus petits et donc de plus en plus courts (ne comptez pas plus de 10 heures pour finir le jeu, et ça, si vous trainez), mais vu la richesse du jeu en termes de gameplay et de décors, Dante's Inferno mérite définitivement de figurer parmi les jeux à ne pas manquer en 2010, en attendant le 2e volet qui semble promettre de nouvelles aventures encore plus dantesques, à l'image de la cinématique de fin du jeu, aussi grandiose que tragique.

Posté par Dodje à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

My House accueille une colocataire!

pile_de_cv

Après avoir fait le tri dans la foule de candidatures que j'ai reçu pour écrire sur ce blog, j'ai décidé de retenir le profil de la demoiselle qui sévira également sur cette tribune libre.

J'ai le plaisir de vous présenter Dodje, jeune gameuse d'une vingtaine d'années, spécialiste des FPS zombiesques et des RPG de nolife (oui comme Final Fantasy par exemple; honte sur toi Dodje!).

Bref un profil complémentaire au mien, et puis un peu de féminité n'a jamais fait de mal dans ce monde de puceaux.

Bienvenue Dodje! dodje_sprite02 (oui elle a même son propre sprite!!!)

Posté par antoneo à 13:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]