06 janvier 2010

Fearbook?

facebook_2

C’est marrant la réaction négative des gens quand un truc qu’ils connaissent mal devient un succès ; après le cinéma, le rock, les jeux vidéo, c’est maintenant Facebook et ses 100 millions d’abonnés qui a droit à son lynchage général.

Pas plus tard que la semaine dernière, je dinais avec mes parents et un cousin ; ce dernier avait fermé le compte Facebook de sa fille parce que « ses photos étaient visibles aux yeux de tous ». Ce sur quoi mon père a rebondi en nous sortant le fameux « Facebook c’est Big Brother ».

Rah lala c’est fou ce qu’on peut se faire de fausses idées quand on connaît mal un sujet.

Première chose, mon père et son cousin n’ont bien évidemment pas de compte Facebook ; je ne vois pas comment on peut se faire une idée sur un sujet si on ne participe pas soi-même à l’aventure.

Se fier aux medias pour se forger sa propre opinion, c’est, je suis désolé, comme demander à un expert en latin de nous expliquer le maori : c’est hors sujet (je me rappelle encore du fameux « les jeux vidéo c’est comme le coca-cola, c’est bon mais il ne faut pas en abuser »).

Bref, revenons-en à Facebook. Ce serait donc un méchant Big Brother qui épie le moindre de vos mouvements et revend toutes ces informations aux enchères aux méchants businessmen de l’agroalimentaire et autres.

Moi je veux bien, mais franchement, quelle est la valeur de cette information ? La plupart des gens mettent un email bidon (ou poubelle), donc impossible de joindre le consommateur. Ne parlons même pas du champ « téléphone », qui est tout simplement boudé dans 90% des cas.

Ensuite, la plupart des statuts parlent de tout et de rien ; et je suis certain que les logiciels de traitement des données actuels sont incapables d’interpréter correctement les ¾ de ces infos.

Quand je dis « A 4h j’ai vomi mon 16h », je ne crois pas que Facebook puisse revendre cette info en interprétant que je cite une petite annonce d’Elie Semoun, et qu’en conséquence ce serait bien de me vendre son prochain spectacle...

Allez, si je dis « à 4h j’ai mangé un Pépito… blurp », je veux bien croire que cette info pourra intéresser le « chocolatier mexicain ». Et encore, on n’est même pas sûr que mon « blurp » veuille dire que j’apprécie en fait le-dit Pépito…

Mais là encore, mes bons amis, qu’est-ce que cela peut bien me faire que Pépito me contacte ? Après tout, si j’aime les Pépito, tant mieux si on me fait une offre commerciale pour m’inciter à en acheter plus. Ne vaut-il pas mieux ça plutot qu’un énième « penis enlarger » dont je n’ai franchement pas besoin (si si je vous assure).

Je ne comprends pas qu’on diabolise la revente des infos, alors que OUI c’est intéressant pour le consommateur !Plus on ciblera bien les attentes du consommateur, et plus le client sera satisfait ; c’est une des bases du marketing et c’est franchement tant mieux.

On m’a même dit « oui mais un politique pourrait regarder Facebook pour faire des fausses promesses ». Oui bien sûr, et ? Est-ce nouveau que les politiques visent à obtenir un maximum de voix en faisant des promesses intenables ? Est-ce plus grave s’ils utilisent des moyens modernes plutôt que d’aller parler à la poissonnière du coin ?? En quoi Facebook change-t-il la donne ? En rien. A la limite ça améliorera peut être la compréhension de certaines problématiques, et on évitera d’aboutir à des mesures stupides comme Hadopi…

Bon, ensuite j’ai eu droit à « oui mais tout le monde peut voir tes photos, c’est horrible si on te voit dans une posture délicate !! ». Là encore, c’est vraiment une remarque de quelqu’un d’extérieur.

Mon profil est bloqué à mes seuls amis, et les photos ne sont visibles que par eux.

De plus, je suis désolé mais il y a une part de responsabilité à avoir. Déjà, s’il y a des photos compromettantes de moi, c’est que j’ai fait n’importe quoi, donc je n’avais qu’à pas me mettre dans cet état si je ne peux pas en assumer les conséquences.

Et je suis encore plus idiot si je les affiche sur mon profil sans les assumer…

De plus, si je suis assez malin, j’éviterai d’avoir en ami des « faux amis » comme par exemple : des « simples « collègues de bureau, mon chef, ou encore le recruteur de mon secteur. C’est du bon sens !!

Enfin, je peux très bien enlever le « tag » de chaque photo compromettante, ce qui limitera encore plus la portée de cette photo (accrochez vous pour trouver une photo non tagguée dans l’océan d’images que chaque utilisateur Facebook possède).

Là encore, Facebook n’est pas un problème, c’est la mauvaise utilisation qu’on en fait qui peut entrainer des conséquences désastreuses ; c’est le même problème avec un briquet mal utilisé > pourtant personne n’a jamais diabolisé un briquet, même pour la paillote de Francis…

Donc vous l’aurez compris, je suis un fervent défenseur de Facebook. C’est un outil extraordinaire pour partager des idées, des chansons, des vidéos (stupides ou pas), des informations, des humeurs ou encore pour renouer le contact avec de vieilles connaissances. Passer à coté de Facebook, c’est se priver d’un superbe moyen de sociabilisation, mais également d’un pan de la culture moderne; oui oui Papa!!!

Posté par antoneo à 20:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Fearbook?

    +1

    Très bon le "énième « penis enlarger » dont je n’ai franchement pas besoin (si si je vous assure)." ça c'est du vrai coup de gueule!

    Posté par Bertille, 08 janvier 2010 à 11:05 | | Répondre
  • Ca va plus loin que ça

    En fait le ciblage utilisateurs par les annonceurs va plus loin que ça quand ils font des campagnes de pub sur Facebook. Tout ce que tu entres dans ton profil peut-être ciblé : entreprise, âge, fonction, groupes que tu rejoints, musique que tu préfères, films, etc.
    Bref, tout ce que tu fait sur Facebook est utilisé par les annonceurs pour leur ciblage.
    Moi personnellement ça ne me dérange pas, mais si ça gêne certains, ils n'ont qu'à rien mettre dans leur profil et ne rejoindre aucun groupe...Mais là je vois plus l'intérêt de rejoindre Facebook.

    Posté par Nadir, 08 janvier 2010 à 14:35 | | Répondre
  • Très sympa cet article, par contre c'est déjà 300 millions d'utilisateurs je crois.
    Et les gens qui sont contre n'ont pas compris qu'on oblige pas les utilisateurs à raconter leur vie !

    Posté par Manu, 08 janvier 2010 à 15:50 | | Répondre
Nouveau commentaire