18 novembre 2004

Ubisoft, ou la guerre des clones

Lorsqu'on regarde le catalogue de cet éditeur, on remarque que la stratégie de développement choisie récemment (et la plus payante), a été de copier tout simplement la concurrence dans chaque genre.

Rappelez-vous, il y a encore quelques temps, le plus gros jeu d'Ubisoft était Rayman, notre ami démembré. Vous l'aurez surement remarqué, Rayman est un jeu de plateformes, et Rayman, c'est aussi la mascotte d'Ubisoft. Tiens tiens, mais, laissez-moi réfléchir, ça me rappelle quelqu'un ça; mais oui, Mario ou Sonic, c'était la même chose : le héros du jeu de plateformes phare de Nintendo et de Sega était devenu leur mascotte. Stratégiquement, c'était plutôt bien vu puisque le genre plateforme était le genre le plus représenté fut une époque.

Revenons-en à plus récemment. Je vois déjà les dirigeants d'Ubisoft : "Bon les gars, vous avez vu Metal Gear Solid, ça cartonne hein ! Bon, vous savez ce qu'on va faire, on va créer un jeu d'infiltration, mais le héros sera occidental, et il aura des gadgets plus sérieux que Solid Snake, histoire de bien plaire au public américain" . C'est ainsi qu'est surement né Splinter Cell. Attention, loin de moi l'idée de critiquer le jeu, qui est pour moi plus sympa à jouer que MGS, mais il s'agit juste de dire que je trouve bien dommage qu'Ubi ait attendu que le premier titre sorte pour le copier.

Dans la même lignée, regardons ce qui s'est passé à Noël dernier. Beyond Good & Evil, qui a fait un gros bide commercial (comme quoi copier ne suffit toujours pas, il faut aussi savoir vendre correctement son jeu ...), n'était qu'un Zelda à la française. Prince Of Persia, un Devil May Cry matiné de plateforme (d'ailleurs, regardez Prince Of Persia 2, c'est devenu carrément un Devil May Cry like ...); XIII, un FPS en cell shading comme l'avait fait Eidos avec Time Splitters auparavant.

Et ça continue encore aujourd'hui : Singles, les Sims en plus racolleur, suivi bientôt par PlayBoy The Mansion; Brothers In Arms, le FPS historique avec une pointe de tactique. Notorious Die To Drive, c'est le jeu façon "racaille", comme GTA San Andreas, NFS Underground; Professional Manager, l'"entraineur"-like ....

Bref, pour savoir ce que va "créer" comme jeu Ubisoft dans le futur, c'est très facile : vous prenez les genres ou les tendances qui marchent bien ce Noël, et vous êtes surs que l'année d'après vous aurez un jeu "Made in Ubisoft" dans le même esprit. Ou, pour faire plus simple, vous prenez les jeux Electronic Arts, et vous aurez la même chose l'année d'après. Je suis prêt à vous parier que d'ici peu Ubi fera : un jeu de foot, un jeu de caisses, un GTA-like et pourquoi pas un RPG façon KOTOR .....

Donc, pour conclure, je souhaiterais dire à monsieur Ubi : oui vous faites de bons jeux, oui vous ne copiez pas totalement les concurrents puisque vous rajoutez toujours un petit quelque chose qui fait avancer le schmilblick (et c'est déjà bien quand on voit comment certains réussissent à pourrir un genre ... Qui a dit Atari ??!!...), mais bon, pour rester dans les mémoires du vidéo-ludisme, il faudra qu'un jour vous n'innoviez pas, mais que vous inventiez quelque chose :-)

Posté par Abocks à 12:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Ubisoft, ou la guerre des clones

    Yep

    Après un an de stage chez Ubi, je confirme : j'adore Ubi mais ... il faudrait vraiment un jeu au concept tout nouveau, qui marque les mémoires du vidéoludisme.
    En effet, regardons des éditeurs (même en difficultés aujourd'hui), qui resteront dans les mémoires :
    Acclaim avec NBA Jam
    Konami avec MGS et PES
    Square avec FF
    Rare avec Goldeneye
    EA avec ..euh... ben pour moi c'est un peu la même chose qu'UBi en fait > de très bons jeux mais pas un qui soit vraiment mythique
    Bref, je croise les doigts pour que King Kong soit LE jeu d'Ubi qui reste dans les annales

    Posté par Antonéo, 19 novembre 2004 à 15:30 | | Répondre
  • t'es violent dis moi

    Je ne sais pas si on peut vraiment parler d'originalité pour les éditeurs que tu cites, même si dans le fond je suis assez d'accord avec toi dans le sens où ces derniers temps il n'y a plus vraiment d'innovation. Mais il reste encore quelques créatifs chez ubi et donc de l'espoir, ils ne finiront donc pas dans les mêmes limbes que EA. Et arrête de casser tes anciens gentils employeurs, ça ne se fait pas même si tu le penses (et même si ton avis est partagé)

    Posté par fogia, 12 décembre 2004 à 22:31 | | Répondre
  • Je trouve l'article plutôt positif au final, puisque l'auteur (en l'occurence pas moi mais mon ami et collaborateur Abocks) ne remet aucunement en cause la qualité des productions de nos ex-employeurs, mais fait juste une petite remarque sur l'originalité des prods. Je pense que suivre la stratégie d'EA à court terme, c'est pas mal, mais à long terme, je VEUX un jeu mythique chez Ubi (justement parce qu'ils le méritent )

    Posté par Antoneo, 13 décembre 2004 à 02:22 | | Répondre
Nouveau commentaire